Comment trouver une problématique de recherche ?

  •  
  •  
  •  

problématique de recherche

 

Force est de constater que nombreux sont les étudiants à éprouver des difficultés dans l’élaboration d’une problématique de recherche.

Souvent, après avoir trouvé un sujet, l’on reste bloqué au niveau de l’étude de la littérature existante, sans parvenir à dégager cette fameuse problématique que l’on attend de vous.

Pour faire suite au précédent article consacré au sujet de recherche, je vous propose une démarche qui devrait vous aider à dégager une problématique de recherche à la fois originale et pertinente.

Cette démarche s’appuiera sur la découverte de ce que l’on appelle en anglais, un « knowledge gap ».

Après avoir défini ce qu’est la problématique d’une recherche et quelles sont ses principales caractéristiques, j’expliquerai en détail comme trouver un « knowledge gap ».

 

vers la problématique

Tout d’abord, qu’est-ce qu’une problématique ?

Il est surprenant de constater qu’il n’existe pas de définition précise ou consensuelle de ce qu’est une problématique de recherche, même si certains auteurs ont tenté de la définir, mais toujours partiellement.

En outre, il n’existe pas non plus de consensus relatif à une méthode ou à un process d’élaboration d’une problématique de recherche.

En revanche, l’on sait que l’élaboration d’une problématique résulte d’une activité intellectuelle de la part du chercheur, se fondant sur l’étude des différentes sources d’informations externes, et notamment documentaires, existantes.

définition de la problématique

Pour donner une définition de la problématique de recherche, je dirais que

la problématique de recherche représente l’élaboration et la description d’un problème de recherche constaté dans la littérature (ou sur un terrain d’étude). Ce qui, dans un second temps, aboutit à une synthèse de ce dernier, formulée sous la forme d’une question de recherche et d’une hypothèse théorique qui en découle.

Si l’on part de cette définition, l’on constate que, contrairement à ce qui est souvent dit, la problématique d’une recherche ne peut pas se résumer à un problème de recherche. Pas plus qu’à la formulation d’une simple question d’étude.

La problématique représente donc un ensemble cohérent propositionnel venant poser les bases d’une nouvelle recherche.

Généralement, tout part du constat selon lequel, certains angles précis relatifs à un sujet, sont identifiés par l’étudiant ou par d’autres chercheurs, comme nécessitant de faire l’objet de nouveaux travaux de recherche.

Le fait d’apporter une résolution à la problématique en question, doit avoir pour finalité d’apporter davantage de connaissances au champ disciplinaire concerné, fût-ce modestement.

problématique recherche

Parallèlement, la problématique traitée identifie et détermine le type d’approche ou « la perspective théorique » que vous allez suivre, pour traiter le problème posé.

Il faut savoir que la problématique représente la partie la plus importante d’un mémoire de recherche ou d’une thèse. En effet, c’est le choix et la pertinence de la problématique qui vont faire en sorte que le mémoire ou la thèse tiendra ou non la route.

En outre, en jetant un seul coup d’œil à votre problématique, votre directeur de recherche pourra se faire une idée de la valeur du projet de recherche. Raison pour laquelle, il est impératif d’accorder une importance toute particulière à la formulation de votre problématique de sa recherche.

 

Les caractéristiques essentielles d’une bonne problématique de recherche

Avant tout, une problématique doit être originale. Concrètement, elle doit n’avoir jamais été traitée auparavant, du moins pas sous l’angle dans lequel vous-même avez choisi de traiter le problème en question.

L’autre élément essentiel à prendre en compte est le fait que, dans une recherche scientifique empirique, l’étudiant doit partir de la littérature existante, notamment des articles scientifiques.

En outre, vous devez montrer qu’au sein de cette dernière, un problème précis n’a pas été envisagé ou n’a pas encore trouvé de solution. Raison pour laquelle, il mérite de faire l’objet d’un travail de recherche.

La conséquence directe est qu’une problématique ne doit traiter que d’un seul problème.

De plus, il vous faudra argumenter et justifier le fait que, selon vous, il paraît opportun de traiter cette problématique particulière.

Pour ce faire, vous devrez convaincre votre directeur de recherche (et votre futur lectorat) de l’intérêt de mener cette étude, afin de les conduire à constater qu’en effet, cette dernière apporte de nouveaux éléments à la connaissance scientifique.

En ce sens, le fait de partir de la littérature existante vous permettra, par la suite, de confronter vos résultats à ceux des recherches précédentes. C’est d’ailleurs sur cette confrontation que repose tout l’intérêt d’une « bonne recherche ». Si vous ne partez pas de la littérature, vous ne pourrez que discuter de vos propres résultats sans pouvoir les confronter à ceux issus d’autres études, ce qui sera forcément préjudiciable.

De plus, au sein d’un mémoire, d’une thèse ou d’un article, vous devrez faire un retour à la littérature. Ce retour prendra habituellement place dans la partie « Discussion ».

Compte tenu de la nécessité de travailler en se fondant sur les études existantes, je vous incite à chercher des idées de problématiques en partant de la littérature au moyen de ce que le nomme les knowledge gaps, qui seront présentés dans la prochaine section.

Comment trouver une problématique à travers un knowledge gap ?

problématique du mémoire ou de la thèse

Qu’appelle-t-on un Knowledge gap ?

Cette expression anglaise n’est pas évidente à traduire en français, mais nous pourrions la traduire comme représentant « un trou dans la connaissance », un « déficit de connaissances ». Bref, il s’agit de quelque chose qui manque dans la connaissance scientifique.

Partant de là, vous devrez convaincre de l’intérêt  de combler ce manque, ce vide, pour améliorer l’état de la connaissance scientifique.

Un débat sur les forums scientifiques et notamment sur ResearchGate peut conduire les chercheurs à faire la distinction entre deux concepts : le “Knowledge gap” (que nous avons défini) et le “Research gap“.

Pour des raisons pratiques, j’utiliserai l’expression anglaise “Knowledge gap” tout au long de cet article.

Comme dans un puzzle (cf. image ci-dessus), il s’agit de détecter un knowledge gap, autrement dit, une ou plusieurs pièce(s) manquante(s) devant être trouvées.

Nous pourrions aussi utiliser la métaphore de la brique manquante dans le mur qu’il convient de placer au bon endroit.

Sans “knowledge gap”, il n’y a pas de recherche scientifique possible.

problématique de recherche

 

Il existe plusieurs méthodes permettant de trouver ces fameux knowledge gaps qui, par la suite, conduiront à de nouvelles problématiques de recherche.

 

entonnoir

La méthode conique est la plus classique et c’est celle que je vous recommande.

Tel un cône en entonnoir, vous allez développer votre revue de littérature en partant du général vers le particulier, en faisant diminuer le nombre des études intéressantes sur lesquelles vous allez vraiment vous appuyer.

Dans un premier temps, vous analyserez et synthétiserez sous la forme d’un tableau comparatif, les objectifs, les problématiques, les méthodes, les résultats et les discussions des études, tout en les confrontant entre elles.

Par la suite, vous critiquerez ces quelques études et dégagerez au final un “knowledge gap“, duquel découlera votre problématique de recherche.

Votre lecteur (qu’il s’agisse de votre directeur de mémoire ou de thèse) verra votre raisonnement et l’enchaînement de vos idées jusqu’à l’annonce du knowledge gap. Il se dira alors : « En effet, il y a bien un knowledge gap et une problématique qui en découle. Bravo, la problématique de recherche est donc validée ! »

Si vous parvenez à démontrer clairement que vous avez trouvé un “knowledge gap” et qu’une bonne problématique en découle, votre problématique sera acceptée.

Inversement, dans le cas contraire, votre directeur estimera que votre démarche était maladroite et que la recherche « ne tient pas la route ».

Il importe de préciser que cette méthode permettant de trouver un knowledge gap est plus adaptée aux études positivistes (quantitatives) pour lesquelles en général, il existe un certain nombre d’études portant sur le sujet qui vous concerne.

 

limites de l'étude

Selon cette méthode, il convient également de prendre connaissance des derniers paragraphes des articles scientifiques, afin d’y relever les « limites de l’étude » (limitations en anglais) et les « perspectives ou recommandations de recherches futures » (future considerations en anglais).

Très souvent, la lecture de ces parties finales vous permettra de déterminer les problèmes et les questions n’ayant pas été traités ou pas totalement, ou pas sous un certain angle.

Au-delà, cela vous permettra de vous lancer dans une recherche visant à combler ce(s) manque(s). C’est là un point extrêmement important à prendre en compte et qu’il ne faut jamais omettre dans l’étude d’un article scientifique.

 

revues systématiques et méta-analyses

N’hésitez pas non plus à analyser les revues dites « systématiques » portant sur votre sujet, qui sont plus objectives qu’une revue narrative.

En effet, une revue systématique traite davantage en profondeur et de manière plus rigoureuse, les questions de recherche abordées. Il en va de même de la méta-analyse qui combine les résultats d’une série d’études portant sur un problème donné.

 

 

désaccords entre chercheurs

Dans le cadre de la méthode conique, une autre manière de déterminer quelle sera votre problématique consiste à détecter les désaccords existant entre chercheurs. Par exemple, si vous constatez au sein d’une étude, que des chercheurs ont obtenu des résultats différents, vous pourrez ainsi mener une recherche permettant de clore ce débat en tranchant, même provisoirement, la question restée en suspens.

 

 

Sachez également qu’il existe d’autres manières et situations courantes de trouver une problématique de recherche, en se fondant sur les « trous » de connaissances que représentent les knowledge gaps.

 

Voici plusieurs autres méthodes et situations courantes pour dégager une problématique de recherche

 

méthode en cercle

 

La méthode en cercle

Cette méthode sera très pratique si vous réalisez une recherche combinant plusieurs disciplines. Il s’agit, selon cette approche, de combiner divers aspects ou thèmes issus de plusieurs domaines ou disciplines, qu’elles soient académiques ou pas. Un knowledge gap pourrait très bien se situer à l’entrecroisement de ces disciplines.

Concrètement, cette méthode est plus appropriée pour détecter les “knowledge gaps” dans les recherches appliquées et les recherches qualitatives.

 

 

adaptation et validation transculturelle

L(a) (ré)évaluation d’un outil de mesure ou la validation transculturelle

Vous pouvez évaluer ou réévaluer un outil de mesure comme une échelle, au moyen d’un modèle d’équations structurelles, d’analyses factorielles confirmatoires ou en réexaminant les différentes formes de fidélité, de validité, etc. de l’outil en question.

Par exemple, vous pouvez procéder à une adaptation et validation transculturelle d’une échelle de mesure, en fondant sur le fait qu’il n’existe pas d’outil francophone permettant d’évaluer le concept que mesure l’échelle en question.

 

 

méthodes mixtes

D’autres méthodes possibles

Vous pouvez utiliser d’autres méthodes comme, par exemple, les méthodes quantitatives, qualitatives ou des méthodes mixtes (mixed methods research)

Comme cela sera montré dans le cadre d’un prochain article, les méthodes mixtes peuvent apporter une meilleure compréhension d’un phénomène étudié, à condition que ces méthodes soient bien adaptées et utilisées à bon escient.

En effet, il existe différentes modalités d’application des méthodes mixtes, que l’on appelle « des modèles » (design en anglais). Mais il faut que ces « modèles » soient parfaitement appropriés à l’étude pour répondre à la problématique. D’où le choix judicieux du bon modèle d’étude.

 

 

psychologie positive

L’application de différentes théories ou des hybridations de théories

Vous pouvez appliquer différentes théories ou des hybridations de théories (en combinant deux ou plus de théories). Je prendrai l’exemple de mon mémoire de Master 1 où j’avais constaté que le burnout des soignants n’était appréhendé que dans une perspective pathologique en ne se centrant que sur des facteurs dits pathogènes (stresseurs, etc.) engendrant la maladie.

J’ai fait le choix d’orienter mon étude dans une perspective issue de la psychologie positive, en décidant d’étudier l’effet de certains prédicteurs salutogènes (facteurs protecteurs, qui protègent la santé) sur le stress et le burnout des soignants. La problématique avait été considérée par mes évaluateurs comme étant originale, car il n’y avait que très peu d’études abordant le sujet du burnout selon cette perspective nouvelle.

 

 

lieux géographiques

Réalisation d’une recherche dans d’autres lieux géographiques ou secteurs culturels

Vous pouvez enquêter auprès d’une autre population ou d’un autre échantillon, pouvant varier sur le type, la taille, le lieu, etc.

Par exemple, il peut être opportun d’enquêter auprès d’un échantillon plus important ou plus représentatif, si l’on estime qu’une recherche a été biaisée par la taille ou la qualité de son échantillon.

Un autre exemple pourrait relever de la poursuite d’une étude exploratoire nécessitant un autre échantillon ; ce peut être le cas après une analyse factorielle exploratoire, lorsque l’on doit procéder à une analyse factorielle confirmatoire qui nécessite l’étude d’un autre échantillon, dans l’impossibilité de scinder l’échantillon initial.

 

 

analyse secondaire

Utiliser un nouveau recueil de données ou une analyse de données

Vous pouvez utiliser un autre recueil de données ou une seconde analyse de données (par exemple en procédant à une analyse secondaire, etc.)

L’analyse secondaire consiste en la réexploitation de données issues d’études antérieures de manière à traiter une nouvelle question de recherche. Ces données pourront être utilisées dans un cadre conceptuel et théorique différent et livrer de nouveaux savoirs sur le phénomène étudié.

 

 

variables de l'étude

Ajouter une ou plusieurs autres variables pertinentes à l’étude, analyser des relations entre variables, etc.

Dans le cadre de cette autre situation, la littérature pourrait vous amener à étudier l’effet possible d’autres variables en tant que prédicteurs d’une variable dépendante.

De même, ce raisonnement pourrait vous amener à poser l’hypothèse de variables médiatrices ou modératrices se situant entre la variable indépendante et la variable dépendante.

Toutefois, il vous faudra dans tous les cas, partir d’études antérieures et prouver la pertinence de l’ajout de variables (ou autre) que vous souhaitez effectuer.

Il faudra également que les conditions préalables soient réunies pour envisager un tel ajout ou une telle mise en relation des variables.

Dans une autre perspective, il est possible de vouloir passer de la simple description de variables à une étude des relations entre ces mêmes variables.

 

 

Pour conclure cette section  

Ces différentes méthodes et situations visant à déterminer une problématique de recherche peuvent paraître « aller de soi ». En effet, nous avons tendance à vouloir trouver « La » problématique parfaite comme si l’on cherchait une idée géniale et inédite de création d’entreprise innovante.

Mais comme vous le voyez, l’apport d’un nouvel élément, d’une nouvelle théorie, d’une nouvelle méthode, d’une nouvelle variable, bref tout ce qui a été évoqué ci-dessus, peut amener à la définition d’une nouvelle problématique de recherche.

Ce qui est extrêmement important, c’est que vous devez toujours justifier de l’intérêt, de l’opportunité de traiter tel ou tel autre “knowledge gap”. En d’autres termes, vous devez convaincre votre lecteur, que la recherche que vous souhaitez effectuer en vaut la peine, que vous tenez là une problématique de recherche qui présente une certaine forme d’originalité et qui apportera réellement quelque chose de plus à la connaissance scientifique.

Dans ce qui suit, vous trouverez des conseils pour bien présenter et argumenter votre problématique.

Forme et présentation d’une bonne problématique de recherche

Il est possible qu’une problématique de recherche tienne en quelques lignes. Toutefois, il est généralement conseillé d’y consacrer plusieurs paragraphes, même si cela dépendra de la discipline académique concernée et des exigences de vos enseignants.

En effet, une problématique de recherche doit évoquer précisément ce que vous allez étudier, ce que l’on ne sait pas encore. Mais il faudra également contextualiser votre projet de recherche, en le situant dans une littérature existante. À cette fin, il vous faudra citer et reprendre un certain nombre d’études, d’auteurs et de théories.

De plus, il vous faudra indiquer très explicitement, quel sera votre positionnement théorique (peut-être aussi méthodologique), parmi les divers positionnements existants.

En général, la problématique d’une recherche est présentée à la fin de la revue de la littérature, faisant toujours partie du contexte théorique de l’étude. Aussi, la problématique devrait être présentée dès le projet de recherche, si celle-ci a pu être élaborée. Je vous renvoie à mon précédent article “Pourquoi et comment écrire un projet de recherche“.

exemple de problématique

Je pense sincèrement que pour comprendre ce qu’est vraiment une problématique de recherche et pour élaborer la sienne avec pertinence, il faut lire préalablement des exemples de problématiques.

 

Raison pour laquelle je vous propose d’avoir accès à un exemple de problématique, en l’occurrence la problématique que j’ai pu rédiger lors de mon mémoire de Master 1 et qui vous montrera clairement l’enchaînement des idées nécessaire pour réaliser une bonne problématique.

 

Pour y accéder, laissez-moi simplement votre adresse email ci-dessous afin que je puisse vous donner un accès immédiat et gratuit à ma problématique. A noter que le mémoire issu de cette problématique avait reçu la mention Très Bien ++.

Accédez à ma problématique pour exemple (notée mention TB++)

et recevez également par email le bonus offert du site : "Les 6 clés essentielles pour réussir brillamment votre mémoire de recherche ou votre thèse"

envelope
envelope

Cliquez ici pour avoir accès à la problématique de mon mémoire de Master 1.

 

 

Derniers points… Et conclusion finale

Comme vous avez pu le constater, l’élaboration d’une problématique de recherche passant par la découverte d’un knowledge gap, représente une stratégie efficace pour vous permettre de trouver votre problématique de recherche.

Même si cette méthode nécessite du temps et du travail de recherche, elle vous permettra de bien poser les bases de votre étude, sachant que la problématique constitue la partie la plus importante d’un mémoire ou d’une thèse.

Espérant avoir pu vous aider dans cette phase si particulière qu’est la mise en place d’une problématique de recherche, je vous souhaite courage et ténacité dans la conceptualisation puis la rédaction de votre mémoire ou de votre thèse.

 

ATTENTION – MISE EN GARDE

Tous les conseils et les indications que je donne dans cet article sont valables pour un mémoire (ou pour une thèse) mais il faut vous référer principalement aux consignes spécifiques qui vous ont été données par vos directeurs de mémoire ou de thèse.

En effet, vos directeurs ont des attentes spécifiques (sur le fond et sur la forme) et je ne pourrais en aucun cas être tenu pour responsable si dans vos écrits vous ne respectiez pas les attentes spécifiques de vos enseignants. Merci de cette précaution.

 

Je vous invite à vous abonner à ma newsletter et à recevoir gratuitement le bonus : “Les 6 clés essentielles pour réussir brillamment votre mémoire de recherche ou votre thèse” (formulaire ci-dessous).

Laissez-moi un commentaire ci-dessous et/ou posez-moi des questions pour avoir plus de précisions. Enfin, n’hésitez pas à partager et à liker cet article si vous l’avez trouvé intéressant et/ou si vous pensez qu’il peut être utile à d’autres personnes.

Je vous dis à très bientôt,

Christophe COUSI

 

 

 

 

 

 


  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.