6 conseils pour trouver un bon sujet de recherche

choix d'un sujet de recherche

Pour un étudiant, trouver un (bon) sujet de recherche n’est pas si évident qu’on pourrait le croire.

En effet, cela demande beaucoup de réflexion, car le choix d’un sujet de recherche “engage” l’apprenti chercheur pour des mois, voire des années, comme c’est le cas dans le cadre d’une thèse.

Se tromper dans le choix de son sujet de recherche peut être dramatique. De ce fait, il est indispensable de lui accorder une attention particulière pour pouvoir démarrer sa recherche dans de bonnes conditions.

C’est ce que nous allons voir dans cet article à travers 6 conseils dont le dernier est pleinement efficace et pragmatique pour trouver un bon sujet de recherche.

 

Tout d’abord, qu’est-ce qu’un sujet de recherche ?

Un sujet de recherche découle et est en lien avec un ou plusieurs thèmes (thématiques) à partir desquels et autour desquels, vous allez développer une pensée.

Il va de soi que le sujet choisi devra être en lien direct avec votre discipline et en accord avec votre directeur de mémoire ou de thèse.

Mais qu’est-ce qu’un thème ? Par exemple, dans le domaine de la psychologie, l’autisme, les thérapies alternatives… sont des thèmes de recherche.

 

Mais concrètement, à quoi ressemble un sujet de recherche ?

Pour bien comprendre ce qu’est un sujet, et faire la différence entre « sujet de recherche » et « thématiques de recherche », nous allons prendre quelques exemples…

Exemples de sujets en psychologie :

  • Le stress et le burnout des soignants en gériatrie
  • La qualité de vie des résidents en EHPAD
  • Compétences communicatives et théorie de l’esprit chez les enfants autistes

Exemples de sujets en médecine :

  • Le médecin généraliste et les thérapies alternatives
  • La iatrogénie en médecine générale ambulatoire
  • Maladie d’Alzheimer : dépistage en médecine générale ambulatoire

Ces exemples et le schéma ci-dessous doivent vous permettre de comprendre ce qu’est, concrètement, un sujet de recherche.

En effet, nous constatons dès à présent qu’un sujet de recherche n’est ni trop précis ni trop vaste (comme peut l’être un thème). C’est le principe de l’entonnoir.

 

entonnoir sujet de recherche

 

Il est important de distinguer les étudiants qui ont le libre choix d’un sujet en rapport à leur discipline, des étudiants à qui les enseignants proposent une liste de sujets (thématiques) parmi lesquels ils doivent choisir un sujet.

Pourquoi les enseignants font-ils cela ?

D’une part, les enseignants ont conscience de la difficulté qu’ont les étudiants à trouver un sujet de mémoire. En conséquence, ils font le choix d’aider les étudiants en leur donnant une trame de départ pour les aider à démarrer leur recherche. Sénèque disait bien : « Il n’y a pas de vent favorable pour qui ne connaît pas son port. »

Mais il ne faut pas être dupe : un certain nombre d’enseignants profitent de leurs étudiants pour amener ces derniers à travailler sur les thématiques qu’eux-mêmes étudient. Ainsi, comme cela se produit souvent, notamment en sciences dures, les travaux de recherche des étudiants permettent à certains enseignants, d’alimenter leurs propres recherches.

Lorsque cela se produit, il faut accepter de jouer le jeu mais, en cas de parution d’un article, exiger que le nom de l’étudiant soit cité. Ou mieux encore, proposer un article en co-rédaction.

 

Examinons à présent les 6 points permettant de trouver et de choisir un bon sujet de recherche.

1 – Un bon sujet de recherche doit être intéressant, voire passionnant

Il est fondamental de traiter un sujet qui vous intéresse fortement, voire qui vous passionne, sinon vous n’aurez ni l’envie ni la motivation pour mener à bien votre recherche jusqu’au bout.

En effet, mener un travail de recherche exige des semaines, des mois et même des années (dans le cadre d’une thèse) de lecture, d’écriture, de réflexion.

Il est donc totalement impossible de travailler sur un sujet qui ne vous intéresse pas ou que vous trouvez ennuyant.

Les questions essentielles à vous poser sont :

  1. Pourquoi avez-vous envie de travailler sur ce sujet-là ?
  2. Quel sujet vous intéresserait-il tout particulièrement de traiter – sachant que vous devrez y consacrer beaucoup de votre temps et d’énergie ?
  3. Aurez-vous toujours de l’intérêt à traiter ce sujet dans quelques mois, voire pendant 3 ans dans le cadre d’une thèse ?

 

2 – Un bon sujet de recherche ne doit pas être trop personnel

Attention à ne pas choisir un sujet trop personnel, c’est-à-dire un sujet qui vous concerne de trop près.

On a tendance à vouloir traiter un sujet qui nous concerne, dans lequel on est impliqué personnellement et pour lequel on cherche à comprendre, voire à chercher une réponse. Par exemple, des personnes souffrant d’un trouble alimentaire peuvent vouloir, en médecine ou en psychologie, étudier cette question dans l’espoir d’y trouver des réponses ou une justification de leurs symptômes.

Je déconseille fortement de traiter un sujet personnel, car faire une recherche nécessite un certain détachement par rapport à son objet de recherche pour avoir plus d’objectivité.

A défaut, l’on tombe dans la subjectivité et dans les biais relatifs aux chercheurs que nous aurons l’occasion de décrire dans d’autres articles.

 

3 – Un bon sujet de recherche doit avoir de la valeur au-delà du mémoire ou de la thèse

Idéalement, il faudrait que votre sujet de mémoire (ou votre thèse) serve votre parcours académique, prenne sens dans le cadre de votre lieu de stage mais aussi qu’il soit en lien avec votre projet professionnel.

En effet, si l’étudiant a la possibilité de choisir son sujet de mémoire, il peut faire l’hypothèse que cela lui servira par la suite, lorsqu’il lui faudra postuler pour tel ou tel master professionnel spécialisé tant convoité, ou pour préparer un projet de thèse dès le master.

En outre, un sujet de recherche peut servir à résoudre un problème sur son lieu de stage (par exemple, l’on trouve des sujets sur la violence institutionnelle à laquelle des stagiaires ont été confrontés).

Enfin, l’étudiant peut avoir un projet professionnel en tête et le mémoire ou la thèse pourra lui ouvrir les portes de l’emploi désiré.

Je prendrais mon propre exemple : j’avais le projet professionnel d’exercer en tant que psychologue en EHPAD. Issu de la filière « psychologie de la santé », j’ai donc réalisé mes deux mémoires de Master (Master 1 et Master 2) sur la thématique de l’EHPAD. Le premier avec pour sujet « Le stress et le burnout des soignants en EHPAD » ; tandis que le second portait sur « La qualité de vie des résidents en EHPAD ».

En cela, le choix de mes sujets de mémoire était cohérent avec mon projet professionnel, si bien que je n’ai pas eu de mal à trouver rapidement un emploi à l’issue de mes études.

 

4 – Un bon sujet de recherche est un sujet “original”

Le point que je vais aborder me semble être le point le plus important parmi tous les conseils que je vais vous donner. Si bien que je lui accorderai un développement plus important pour bien l’expliquer.

Mais qu’entend-on par sujet original, par originalité d’un sujet de recherche ?

Tout d’abord, on peut supposer qu’un sujet original est un sujet qui n’a jamais été traité. En tout cas, c’est la réponse la plus commune apportée par divers chercheurs si je m’en réfère à la question posée sur le site ResearchGate.

Pour être moins radical, on pourrait rajouter à cette définition quasi consensuelle que ce serait un sujet qui n’a pas encore été traité, du moins pas sous l’angle particulier de la recherche que vous souhaitez mener. Donc l’originalité d’un sujet de recherche va aussi dépendre de la manière dont il sera traité et de ce que vos conclusions et votre cheminement de pensée amèneront à la communauté scientifique. Ce qui apporte une nuance, car on ne part jamais de zéro dans la recherche.

C’est pourquoi l’originalité doit s’appuyer d’abord sur une très bonne connaissance de la littérature existante, de l’état de l’art, de ce que l’on connaît déjà.

Dès lors, vous démontrez que vous avez une bonne compréhension de la connaissance existante.

Comment faire une contribution originale si vous ne connaissez pas l’état des connaissances actuelles à travers la littérature existante ? C’est impossible !

Donc avec une très bonne connaissance de la littérature et ensuite à travers des méthodes de recherches qui sont clairement adaptées et présentées, vous prenez ce système de connaissances déjà existantes vérifiées par une revue de littérature et vous le transposez autre part, en l’occurrence, dans votre recherche.

C’est le but d’une revue de la littérature et des méthodes. C’est le pourquoi et le comment vous le faites. La partie la plus importante avec la problématique est la partie discussion et là il ne s’agit pas simplement de souligner votre originalité, vous devez le démontrer, vous devez vérifier comment vous avez atteint l’originalité, comment vous avez rendu votre recherche utile. Une contribution originale à la connaissance est plus qu’un élément nouveau ou unique, elle doit se manifester par le biais de la structure même de votre doctorat. Que faites-vous pour la première fois, afin de générer une technique ou un résultat d’observation nouveau et original ? Vous avez peut-être une idée originale, une méthode originale, OK. Donc en tant que doctorant vous ne devez pas simplement revendiquer l’originalité, vous devez la démontrer de manière substantielle, la confirmer et la vérifier. Là est un point vraiment important, vous devez la démontrer, la confirmer et la vérifier.

Idéalement dans le cadre d’une thèse, il faudrait pouvoir placer une phrase dans l’introduction, dans la conclusion et dans le résumé de la thèse, une phrase sous la forme de :

« ma contribution originale à la connaissance est … »  (et indiquer en démontrant quelle contribution originale vous apportez).

Sachez qu’il n’existe pas de fichier national recensant les mémoires de recherche, mais cela existe pour les thèses. En effet, avant de se lancer dans une recherche, notamment en thèse, il est indispensable de consulter le site theses.fr pour voir si un autre doctorant ne travaille pas ou n’a pas travaillé sur le même sujet que vous. Google Scholar peut aussi vous aider dans ce premier repérage des recherches existantes.

Il est évident que l’on attendra moins d’originalité d’un étudiant en Licence ou en Master qu’en Doctorat, rassurez-vous si vous êtes en Master ou autre, en dehors d’un doctorat, vos professeurs n’ont pas les mêmes attentes, évidemment.

Si je prends l’exemple de mon mémoire de Master 1, celui-ci a été considéré comme étant original par le jury de soutenance, car peu de recherches avaient été menées dans le champ du stress et du burnout des soignants dans une perspective de psychologie positive.

En effet, les recherches précédentes se fondaient principalement sur les prédicteurs du stress et du burnout (tour ce qui le causait) mais pas sur les facteurs protecteurs, que  l’on appelle aussi facteurs salutogènes, qui protègent la santé. C’est ce qui a été souligné comme étant original dans ma recherche, car il n’y avait pas beaucoup de publications dans cette perspective nouvelle.

L’on peut voir qu’un changement de perspective, sans forcément changer de paradigme, peut apporter une certaine forme d’originalité dans une recherche.

Lors de mon mémoire de Master 2, j’ai utilisé ce que l’on appelle des méthodes mixtes (méthodes mixant à la fois des méthodes quantitatives et des méthodes qualitatives) pour évaluer la qualité de vie des résidents en EHPAD (en maison de retraite). Et c’est ce qui a plu à mes évaluateurs ; ils ont trouvé ça original.

Donc dans ce cas-là, ce sont les méthodes utilisées qui seraient à la base de l’originalité de la recherche. Ces méthodes étaient bien appropriées pour traiter le sujet plus en profondeur et l’approcher de manière multiple.

A vous donc d’apporter cette touche d’originalité tout en restant bien évidemment dans le cadre d’une recherche scientifique. Même une petite contribution originale, aussi modeste soit-elle, doit-elle permettre de faire avancer la recherche scientifique.

Nous aurons l’occasion d’y revenir lorsque nous aborderons dans un autre article, la problématique de recherche.

 

5 – Un bon sujet de mémoire ou de thèse doit être réaliste et réalisable

Il est question ici de ce que l’on nomme la faisabilité d’une recherche.

Cette faisabilité se calcule avant tout au niveau du temps : l’écrit doit être rendu à une échéance précise que vous devez connaître. Il faut donc trouver un sujet qui soit traitable dans le temps imparti.

Sur le plan intellectuel : aborder certains sujets demande des connaissances importantes et/ou des méthodes qu’il faut maîtriser. Vous devez vous interroger pour savoir si vous possédez un savoir et un savoir-faire suffisant (ou si vous pourrez l’acquérir au cours de votre recherche) et si vous pourrez bénéficier de l’aide de votre directeur de mémoire ou de thèse.

Sur le plan des ressources documentaires : il est nécessaire qu’une littérature scientifique préexiste à laquelle vous pourrez vous référer, et qu’il existe des experts du sujet traité, que vous pourriez interroger lors d’entretiens exploratoires.

En effet, on ne part jamais de zéro lorsqu’on lance une étude. C’est une condition sine qua non de toute recherche scientifique.

Enfin, sur le plan des ressources humaines, matérielles et financières : il faut que la recherche soit éthique et déontologique. Il est donc conseillé de se renseigner sur les autorisations nécessaires et les conditions d’accès à la population d’étude.

Si vous lancez un projet de recherche ambitieux et entraînant un certain coût (réalisation du protocole, matériels, etc.), il faut s’interroger sur sa faisabilité financière.

En résumé, les questions essentielles à vous poser sont :

  • Aurez-vous le temps imparti pour traiter ce sujet ?
  • Votre sujet de recherche n’est-il pas trop ambitieux ?
  • Possédez-vous les compétences nécessaires et/ou devrez-vous vous former pour pouvoir réaliser votre étude et aurez-vous le temps et les moyens de le faire ?
  • Avez-vous accès à une littérature scientifique suffisante pour traiter ce sujet ?
  • Aurez-vous accès à la population d’étude et aurez-vous un échantillon suffisamment important pour votre recherche ?
  • Disposerez-vous de moyens financiers suffisants pour mener votre recherche ?

 

6 – Conseils plus pragmatiques pour trouver un bon sujet de recherche 

Vous voulez trouver VOTRE bon sujet de recherche, je vais vous indiquer des sources d’inspiration et comment j’ai pu trouver les miens lors de mon Master 1 et de mon Master 2 à travers une méthode simple mais terriblement efficace. Maintenant, si vous voulez en savoir plus et trouver VOTRE bon sujet de recherche, je vous invite à me laisser votre adresse email ci-dessous afin d’accéder gratuitement à cette méthode unique. On se retrouve tout de suite pour la suite de cet article et la découverte de cette méthode unique.

Entrez votre adresse Email pour lire la suite et découvrir la méthode unique

​Et ​recevoir aussi gratuitement le bonus en PDF "Les 6 clés essentielles pour réussir brillamment votre mémoire de recherche (ou votre thèse)"

envelope
envelope

Je vais, à présent, exposer plusieurs conseils très pragmatiques et opérationnels qui vous permettront de trouver un bon sujet de recherche.

Le schéma ci-dessous présente une carte mentale contenant plusieurs branches.

Chacune de ces branches constitue une piste à suivre pour trouver votre sujet de recherche.

Il va de soi que les branches indiquées ici ne sont pas exhaustives mais cette présentation devrait vous éclairer vers votre quête d’un sujet pertinent.

 

sources d'inspiration sujet de mémoire

Vous pouvez également télécharger ci-dessous la carte mentale au format PDF. Cliquez sur l’image TELECHARGER.

Je vous recommande fortement d’utiliser les cartes mentales (mind maps en anglais) issues du mind mapping, popularisé dans l’éducation par Tony Buzan. On les appelle également « schémas heuristiques ».

Ces cartes mentales permettent d’organiser la pensée non plus de manière linéaire, mais selon une pensée irradiante – ou pour le dire autrement – selon la fonction naturelle de l’esprit.

En effet, le cheminement associatif de la pensée respecte le principe du fonctionnement du cerveau. Raison pour laquelle je vous invite à faire un remue-méninge (brainstorming) pour trouver et choisir un sujet de recherche.

Pour ce faire, les étapes à suivre sont les suivantes :

  1. Vous allez créer une carte mentale avec, au centre, les « thèmes de recherche » (cf. ma carte mentale ci-dessous). Posez les différentes thématiques possibles qui vous intéressent dans cette carte mentale, en y insérant des branches sur lesquelles vous allez déposer vos thématiques au fur et à mesure qu’elles vous viennent.
  2. N’hésitez pas à aller plus en détail que moi dans les sous-catégories de ces thématiques. Vous pourrez ensuite les regrouper au fur et à mesure. Faites des liens entre les thématiques. Laissez-vous du temps et revenez-y plusieurs fois.
  3. Déterminez les portions du schéma et des liens qui suscitent le plus votre curiosité et votre intérêt. En précisant qu’à ce stade, vous ne faites qu’envisager de manière très générale, la ou les thématiques que vous souhaitez aborder.

Avec des crayons de couleur, je vous conseille de réaliser vos propres cartes à la main. A défaut, n’hésitez pas à utiliser un logiciel spécifique, par exemple ImindMap – il en existe des gratuits comme Freemind, Xmind.

Vous pouvez également télécharger ci-dessous une carte mentale vierge à imprimer, à vous ensuite à la remplir avec vos idées. Cliquez sur l’image TELECHARGER.

Ci-dessous, est présenté l’exemple d’une carte mentale regroupant les thématiques qui m’intéressaient au départ. Il montre aussi comment j’ai pu trouver un sujet de mémoire reliant les 2 branches de cette carte, à savoir : « la qualité de vie » et « les résidents en EHPAD ».

themes de mémoires

 

Quelques années plus tard, lorsque j’ai cherché un sujet de mémoire pour mon Diplôme Inter Universitaire (DIU), j’ai pu reprendre cette carte et lier la branche de la gérontologie avec celle de la méditation et ainsi mettre au point un autre sujet de recherche.

Dans cet objectif, je me suis demandé s’il était possible de pratiquer une forme de méditation auprès de patients présentant une maladie d’Alzheimer, pouvant être utilisée en tant que thérapie non médicamenteuse.

 

idée de sujet de mémoire

 

Pour trouver un sujet de recherche, il peut être utile de lier 2 domaines, 2 disciplines (cf. l’image ci-dessus) : la 1ère étant votre discipline d’étude actuelle (la psychologie, la médecine…), la seconde une autre discipline, un centre d’intérêt ou une passion qui vous anime.

Par exemple, beaucoup de thèses en médecine impliquent et nécessitent de bonnes connaissances en épidémiologie. De même, médecine et psychologie constituent-elles des disciplines souvent associées au sein de travaux de recherche actuels.

L’idée d’un sujet de recherche nouveau et intéressant peut très bien se trouver à leur intersection. Il faut toutefois faire attention et choisir deux disciplines ou domaines dans lesquels vous avez des connaissances suffisantes.

 

 

cheklist

De ce fait, il importe de pouvoir valider les étapes résumées ci-dessous :

  1. le sujet que j’envisage de traiter m’intéresse fortement ;
  2. le sujet que j’envisage de traiter n’est pas un sujet trop personnel ;
  3. le sujet que j’envisage de traiter me servira en dehors de l’exercice purement académique ;
  4. le sujet que j’envisage de traiter présente une certaine originalité ;
  5. le sujet que j’envisage de traiter est faisable compte tenu du temps, des moyens et des ressources dont je dispose ;
  6. (Voir après déverrouillage du contenu)
  7. J’ai enfin trouvé mon sujet de recherche.

Téléchargez votre checklist au format PDF en cliquant sur l’image TELECHARGER.

 

Attention : lorsque vous tenez votre sujet, vous n’êtes pas pour autant totalement prêt pour démarrer votre recherche.

En effet, votre sujet étant encore trop large, vous risquez de partir à l’aveuglette, et de prendre beaucoup de temps avant de pouvoir affiner et cerner votre sujet.

Dans un premier temps, seule la question de départ pourra vous permettre de bien cerner votre sujet.

Mais de là, encore deux étapes vont devoir être suivies pour aboutir enfin, à la définition de votre sujet final.

Dans une première étape, il vous faudra circonscrire votre sujet, le préciser, le délimiter, tout en restant encore à un niveau assez général.

Par exemple, vous pouvez délimiter votre sujet dans le temps (en concentrant vos recherches sur une période précise) ou l’espace (en concentrant vos recherches sur un lieu ou un cadre précis).

De là, la seconde étape va consister à problématiser votre sujet, en passant par la problématique de recherche.

Celle-ci nécessitera d’avoir réalisé une revue de littérature et de partir impérativement de la littérature scientifique, mais nous aurons l’occasion d’y revenir dans un prochain article.

 

ATTENTION : tous les conseils et indications que je donne sur ce blog sont valables pour un mémoire (ou pour une thèse) mais il faut vous référer principalement aux consignes spécifiques qui vous ont été données par vos enseignants.

 

Je vous invite à vous abonner à ma newsletter et à recevoir gratuitement le bonus : “Les 6 clés essentielles pour réussir brillamment votre mémoire de recherche ou votre thèse” (formulaire ci-dessous).

Je vous invite également à consulter ma page “À propos” pour découvrir mon parcours et la ligne éditoriale de ce nouveau blog.

Merci de bien vouloir laisser un commentaire ci-dessous. Enfin, n’hésitez pas à partager et à liker cet article si vous l’avez trouvé intéressant et/ou si vous pensez qu’il peut être utile à d’autres personnes.

Je vous dis à très bientôt,

Christophe COUSI

 

 

 

 

 

 

  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.