Comment utiliser les méthodes mixtes en recherche ?

comment utiliser les méthodes mixtes


Les méthodes mixtes ont souvent été présentées comme un moyen de faire la paix entre deux adversaires : les partisans du quantitatif contre les partisans de la recherche qualitative.

L’argument est que ces adversaires se sont engagés dans une soi-disant « guerre de paradigme ». D’un côté, les puristes quantitatifs qui articulent des hypothèses sur la recherche qui sont en accord avec ce que nous appelons souvent la philosophie positiviste ; de l’autre côté, nous avons les puristes qualitatifs qui rejettent le positivisme et plaident en faveur d’une autre vision, comme l’idéalisme, le constructivisme, le relativisme, l’humanisme, l’herméneutique ou le postmodernisme. (Johnson et Onwuegbuzie, 2004).

Au cours des années 1990, un nombre croissant de chercheurs ont commencé à souligner l’insuffisance de la division quantitative-qualitative stricte, arguant que la thèse dite d’incompatibilité était devenue obsolète.

Dans cet article, nous allons voir comment il est possible d’utiliser les méthodes mixtes dans une recherche scientifique. Nous commencerons par définir ce que sont les méthodes mixtes et ce qu’elles ne sont pas. Nous poursuivrons par une description de leurs caractéristiques essentielles, puis nous présenterons les différents modèles existants de méthodes mixtes. Nous verrons ensuite comment faire le choix d’un modèle de méthodes mixtes en suivant les recommandations de John Creswell, un Professeur de psychologie américain qui a fortement participé à la connaissance et la diffusion de ces nouvelles méthodes de recherche. Pour terminer, nous présenterons trois logiciels pouvant aider à l’analyse de données mixtes.  

définition des méthodes mixtes

Les méthodes mixtes en recherche : définitions

Le « Journal of Mixed Methods Research » définit les recherches à base de méthodes mixtes (RMM) comme :
« des recherches dans lesquelles l’enquêteur recueille et analyse des données, intègre les résultats et tire des déductions à l’aide d’approches ou de méthodes qualitatives et quantitatives dans une seule étude ».

JMMR

John Creswell, Professeur en psychologie de l’éducation à l’Université du Nebraska-Lincoln est un enseignant-chercheur qui, à travers de nombreux articles et ouvrages, a permis de mettre en avant les méthodes mixtes dans le monde de la recherche. Il définit les méthodes mixtes comme :

« Une approche de recherche dans les sciences sociales, du comportement ou de la santé, dans laquelle le chercheur recueille des données à la fois quantitatives (par questionnaires) et qualitatives (entretiens ouverts), intègre les deux, et formule des interprétations basées sur les forces combinées des deux types de données, pour comprendre des problèmes de recherche ».

(Creswell & Plano Clark, 2011)

L’hypothèse principale de cette approche relève du fait que lorsqu’un chercheur combine des statistiques (données quantitatives) avec l’histoire et l’expérience personnelle (données qualitatives), la combinaison fournit une meilleure compréhension du problème de recherche que ne l’aurait fait un seul jeu de données, quelle que soit sa forme.

Ce qu’il faut comprendre, c’est que les méthodes mixtes en recherche relèvent à la fois de ce que l’on appelle une méthodologie, au sens philosophique, mais aussi des méthodes, en tant qu’outils de recherche.

En tant que méthodologie, on la qualifiera de troisième voie ou troisième paradigme en tant que paradigme dit « pragmatique ». Selon cette philosophie relevant du pragmatisme, les chercheurs associent directement le choix de l’approche au but et à la nature des questions de recherche posées (Creswell, 2003).

Pour ce faire, ils vont utiliser « ce qui fonctionne » pour répondre de la meilleure façon qui soit à la question de recherche. En ce sens, le choix relèverait du fait que la question de recherche ne cadrerait pas avec une approche totalement quantitative ou qualitative de la conception et de la méthodologie.  

En outre, au-delà d’une utilisation par les chercheurs eux-mêmes, les méthodes mixtes vont être beaucoup plus exploitées à un niveau avancé de ses études, par exemple dans le cadre d’une thèse de doctorat, notamment dans les thèses par articles, par publications scientifiques.


ce que ne sont pas les méthodes mixtes

Les Méthodes mixtes en recherche : ce qu’elles ne sont pas !

Les méthodes mixtes ne consistent pas simplement à recueillir et à analyser des données quantitatives et qualitatives, indépendamment l’une de l’autre. En effet, les méthodes mixtes nécessitent ce que l’on appelle une intégration des deux sources de données, à un moment précis de l’étude. Sans intégration des deux sources de données, il est impossible d’exploiter la force que cette combinaison apporte à une étude.

La recherche au moyen des méthodes mixtes ne consiste pas simplement à utiliser cette étiquette dans votre étude ; pour dire, « j’ai utilisé des méthodes mixtes ». Si vous indiquez avoir utilisé des méthodes mixtes, sans en appliquer les méthodes et les usages, cela se verra très vite. Car il existe des techniques scientifiques spécifiques associées à cette méthodologie, des procédures rigoureuses et explicites qu’il faut suivre et il est facile pour des chercheurs familiarisés avec ces méthodes mixtes de repérer les mésusages de cette méthodologie.

Les méthodes mixtes ne constituent pas simplement une technique d’évaluation, telle qu’une évaluation formative plus une évaluation sommative, même si un chercheur peut collecter et intégrer des données quantitatives et qualitatives lors de la réalisation de cette évaluation.

Les méthodes mixtes ne consistent pas simplement en l’ajout de données qualitatives à une étude quantitative. Des méthodes mixtes peuvent être utilisées de cette manière, mais nous pouvons également ajouter des données quantitatives à des données qualitatives. Dans tous les cas, nous avons besoin d’une justification pour le faire, quel que soit le modèle de l’étude que nous allons présenter par la suite.

En outre, les méthodes mixtes ne consistent pas simplement en la collecte de données qualitatives multiples (par exemple, entretiens et observations), ni en la collecte de plusieurs types de données quantitatives (par exemple, des données d’enquête, des données expérimentales). Cela implique la collecte, l’analyse et l’intégration de données quantitatives et qualitatives. Ainsi, la valeur des différentes approches de la recherche (par exemple, les tendances ainsi que les récits et expériences personnelles) peut contribuer davantage à la compréhension d’un problème de recherche qu’une forme de collecte de données (quantitative ou qualitative) à elle seule. Lorsque plusieurs formes de données qualitatives (ou plusieurs formes de données quantitatives) sont collectées, il s’agit de recherche multiméthodes, pas de recherche utilisant des méthodes mixtes.


Caractéristiques des méthodes mixtes

5 caractéristiques essentielles des méthodes mixtes en recherche


1/ La collecte et l’analyse de données quantitatives et qualitatives en réponse à des questions de recherche.

Nous l’avons déjà évoqué, mais il parait évident que l’utilisation de méthodes mixtes ne pourra se faire que si la réponse à la question de recherche nécessite, de toute évidence, l’utilisation de méthodes mixtes. En effet, comme pour décider de toute méthode d’une recherche, c’est la question de recherche (ou les questions de recherches) qui va orienter vers le type de méthodes, ici les méthodes mixtes. Ce choix doit vraiment se justifier lorsque le chercheur devra décrire le choix de sa ou de ses méthodes.

Cela va nécessiter, pour le chercheur, la maitrise à fois des techniques quantitatives, mais aussi des techniques qualitatives. Il faut donc avoir des compétences mixtes pour mener une recherche qui utilise des méthodes mixtes.


2/ L’utilisation de méthodes qualitatives et quantitatives rigoureuses

Plusieurs auteurs ont avancé des critères pour définir ce qui constitue une recherche rigoureuse d’un point de vue quantitatif ou qualitatif. Nous devons prêter attention à ces lignes directrices, qu’il s’agisse des lignes directrices CONSORT dans le domaine médical ou de lignes directrices informelles pour une recherche qualitative. Les éléments clés de la rigueur pour les méthodes quantitatives et qualitatives sont les suivants :

  • Type de modèle (par exemple, l’expérimentation, l’ethnographie…) ;
  • Permissions d’enquêter sur site et les aspects déontologiques ;
  • Les méthodes d’échantillonnage et le nombre de participants ;
  • Instruments utilisés pour collecter des données (outils validés ou non) ;
  • Les approches pour évaluer la validité et fidélité des données…

3/ Parfois, il y a un encadrement du modèle de méthode (design) mixte dans une philosophie ou une théorie.

Il est possible de voir dans de nombreuses études de méthodes mixtes l’utilisation d’un cadre relevant des sciences sociales ou comportementales qui encadre l’étude avec des méthodes mixtes. Par exemple, un modèle de changement de comportement peut encadrer une étude de méthodes mixtes en sciences de la santé.

Comme suggéré par la conception de la justice sociale, le cadre peut être un cadre de transformation ou de plaidoyer qui encadre le projet afin de répondre aux besoins d’un groupe marginalisé (par exemple, une étude avec des méthodes mixtes du profilage racial).

Quel que soit votre domaine d’activité et le sujet que vous traitez, il est important de reconnaître que nos valeurs et nos convictions façonnent notre orientation vers la recherche, la manière dont nous rassemblons les données, les biais que nous apportons à la recherche et si nous considérons que nos enquêtes sont plus émergentes ou figées.


4/ La combinaison ou l’intégration de données quantitatives et qualitatives à l’aide d’un modèle (ou design) spécifique de méthodes mixtes et l’interprétation de cette intégration

Nous allons les décrire par la suite, mais il faut savoir que les méthodes mixtes utilisent différents modèles, différents « design » d’étude pour collecter, analyser et intégrer les données quantitatives et qualitatives. Aussi, il faut savoir que l’intégration des données peut se réaliser à différents stades de la recherche et selon diverses modalités : fusion, explication, construction et incorporation, en fonction du type de modèle (design) retenu et c’est ce que nous allons voir maintenant.


5/ La publication de recherches utilisant des méthodes mixtes

Les chercheurs se demandaient jusque-là comment et où publier une recherche qualitative ; il en est de même à présent avec les devis mixtes. En effet, la présentation (forme) de l’article, le nombre de mots… diffèrent selon les revues scientifiques.

En outre, il existe différentes alternatives pour la présentation de projets de méthodes mixtes dans la littérature. Premièrement, les données qualitatives et quantitatives peuvent être présentées séparément.

La seconde approche consiste à considérer les différents thèmes ou aspects des données et à présenter une combinaison de données qualitatives et quantitatives pour fournir une exploration détaillée de la question.

Depuis le début de sa parution, le Journal of Mixed Methods Research (JMMR) propose des recommandations afin de publier des recherches mixtes sous la forme d’articles scientifiques dans des revues à comité de lecture.


différents modèles design de méthodes mixtes

Les différents modèles (design) des méthodes mixtes en recherche

1/ Les 3 modèles de base des méthodes mixtes en recherche

Nous allons décrire brièvement les trois modèles de base issus des méthodes mixtes pour que vous ayez un aperçu de l’utilité de ces modèles dans une recherche scientifique.

Creswell (2015) décrit 3 modèles de base :

Le 1er est appelé « modèle convergent ou parallèle » (convergent design) dans lequel l’objet de la recherche est de collecter de manière simultanée des données à la fois quantitatives et qualitatives, d’analyser les deux ensembles de données séparément, puis de fusionner les résultats des deux ensembles d’analyses de données dans le but de comparer les résultats. Selon ce modèle, on est censé accorder le même poids et la même priorité à chacune des deux recherches.

modèle mixte parallèle et convergent
Figure 1 : modèle mixte parallèle et convergent


Le 2ème modèle de base se nomme « Modèle séquentiel exploratoire » (exploratory sequential design) dans lequel l’intention est d’abord d’explorer un problème avec des méthodes qualitatives pour diverses raisons ; par exemple, les questions peuvent ne pas être connues, la population peut-être sous-étudiée ou mal comprise, ou le site peut être difficile d’accès.

Après cette exploration initiale, le chercheur utilise les résultats qualitatifs pour construire une seconde phase quantitative du projet. Cette phase peut consister à concevoir un instrument permettant de mesurer les variables de l’étude, à développer des activités pour une intervention expérimentale ou à concevoir une typologie qui est ensuite mesurée à l’aide d’instruments existants.

Dans la troisième phase, l’instrument quantitatif, l’intervention ou les variables sont utilisés dans une procédure de collecte et d’analyse de données quantitatives. Vous devez connaître ce modèle, car vous avez sûrement entendu parler ou peut-être avez-vous déjà engagé une démarche exploratoire qualitative, comme aller interviewer des experts avant de vous lancer dans votre étude quantitative. En effet, il est souvent recommandé dans la recherche de mener une étude exploratoire avant de se lancer dans l’étude principale, notamment quantitative.

modèle mixte séquentiel exploratoire
Figure 2 : modèle mixte séquentiel exploratoire


3ème et dernier modèle, il s’agit du « Modèle séquentiel explicatif » (explanatory sequential design), qui est l’inverse du modèle précédent et dans lequel l’objectif est d’utiliser d’abord des méthodes quantitatives, puis des méthodes qualitatives pour aider à expliquer les résultats quantitatifs de manière plus approfondie. On va donc chercher l’explication, la confirmation des résultats, en essayant de comprendre pourquoi on a obtenu ces résultats.

modèle mixte séquentiel explicatif
Figure 3 : modèle mixte séquentiel explicatif


2/ Les modèles avancés (advanced designs) des méthodes mixtes en recherche

Selon Creswell (2015), il existe 3 modèles « avancés » des méthodes mixtes en recherche.

En fait, dans ces modèles avancés, nous allons retrouver les modèles de bases sur lesquels on va s’appuyer pour développer les modèles avancés, et où on va leur rajouter quelques éléments spécifiques.

Ces 3 modèles avancés sont : 1/ Le modèle d’intervention (the intervention design), 2/ Le modèle de la justice social (the social justice design), 3/ Le modèle d’évaluation en plusieurs étapes (the multistage evaluation design).

Nous allons les détailler rapidement.

Le 1er modèle dit modèle d’intervention peut être utilisé pour étudier un problème au moyen d’une expérience ou d’un essai interventionnel comme un essai randomisé et contrôlé, en y ajoutant des données qualitatives. Cet ajout de données qualitatives peut être décidé à tous les stades de l’expérience ou de l’intervention, c’est-à-dire avant, pendant ou après.

modèle mixte d'intervention
Figure 4 : modèle mixte d’intervention


Le second modèle dit modèle de justice sociale. Le but d’un modèle de justice sociale est d’étudier un problème dans un cadre global de justice sociale qui se retrouve tout au long de l’étude des méthodes mixtes. Plusieurs projets de méthodes mixtes peuvent être utilisés : une optique de genre (féministe ou masculine), une optique raciale ou ethnique, de classe sociale, de handicap, d’orientation de style de vie ou toute combinaison de ces optiques.

Au cœur de ces méthodes mixtes, les études se baseraient sur un schéma de base (convergent, séquentiel explicatif ou séquentiel exploratoire), mais le chercheur inclurait le prisme de la justice sociale tout au long de l’étude.

modèle mixte de justice sociale
Figure 5 : modèle mixte de justice sociale


Le modèle d’évaluation en plusieurs étapes a pour objectif de mener une étude au fil du temps visant à évaluer le succès d’un programme ou d’activités mises en œuvre dans un cadre donné. On l’appelle “multiétapes”, car chacune de ses composantes peut représenter une seule étude. Il devient évaluatif lorsque l’intention générale est d’évaluer le mérite ou la valeur d’un programme ou d’un ensemble d’activités. Les projets distincts qui constituent la conception globale de l’évaluation peuvent être des méthodes quantitatives, qualitatives ou mixtes. Comme dans le cas d’autres modèles avancés, ces études comporteront des parties reflétant une conception séquentielle explicative ou exploratoire ou même convergente.

Modèle mixte d'évaluation en plusieurs étapes
Figure 6 : modèle mixte d’évaluation en plusieurs étapes

choix du modèle de méthodes mixtes

Le choix du modèle (design) et du logiciel d’aide à l’analyse de données mixtes

Comment choisir un modèle de méthodes mixtes ?

John Creswell recommande de commencer par identifier votre modèle de base. Pour sélectionner un modèle de base, il faudrait déterminer si vous envisagez de fusionner les deux bases de données ou de les connecter. Cela mènera à une conception convergente (si fusion des données) ou séquentielle (si connexion des données).

Il faudrait ensuite discuter de la question de savoir si quelque chose va être ajouté à la conception, tel qu’une expérience, une optique de justice sociale ou un élément d’évaluation à long terme. Ces facteurs vont pousser la conception de base dans un modèle avancé.

D’autres facteurs jouent dans votre choix d’un modèle. Il faudrait considérer les compétences et l’orientation que vous apportez à la recherche en méthodes mixtes.

Si vos antécédents relèvent d’une orientation quantitative plus forte (soit par intérêt personnel, soit par la discipline de votre domaine), adopter un modèle qui commence par une recherche quantitative (c’est-à-dire un modèle séquentiel explicatif) serait probablement plus judicieux.

Si vous êtes orienté vers la recherche qualitative, il serait peut-être plus opportun d’envisager davantage une conception séquentielle exploratoire, qui commence par une recherche qualitative.

En outre, il serait souhaitable d’évaluer si vos compétences sont plus fortes en recherche quantitative qu’en recherche qualitative, ou inversement. Enfin, il pourrait être opportun de consulter la littérature de votre domaine pour voir quels types de modèles mixtes sont utilisés.

Recommandations sur le choix d’un modèle de méthodes mixtes

Dans votre réflexion initiale sur un modèle pour votre étude de méthodes mixtes, considérez l’une des trois conceptions de base.

Le plus simple à exécuter serait probablement le plan séquentiel explicatif, suivi du plan convergent puis du plan séquentiel exploratoire. Cette dernière conception, qui est pourtant la plus courante, est plus compliquée, car elle nécessite plus de phases d’étude et un large éventail de compétences.

Commencez à penser à votre modèle d’étude non pas du point de vue du timing (ce qui vient en premier lieu, ou ensuite) ou de l’accent mis sur votre projet (qu’il soit plus qualitatif ou quantitatif), mais plutôt de l’intention, de ce que vous espérez accomplir avec le modèle et vos questions.

Avez-vous l’intention de comparer les deux bases de données (conception convergente) ? Expliquer les résultats quantitatifs avec des données qualitatives (plan séquentiel explicatif) ? Explorer d’abord, puis intégrer une composante quantitative à votre étude (conception séquentielle exploratoire) ?

Une fois votre conception de base choisie, demandez-vous si vous allez ajouter des fonctionnalités qui étendront votre conception de base à une conception avancée. Voulez-vous ajouter une expérience ou une intervention ? Un cadre de justice sociale ? Une évaluation de programme ?

Choisissez votre conception en fonction de ces facteurs : l’intention (ce que vous espérez accomplir), vos antécédents et votre niveau de compétence, ainsi que l’orientation vers la conception trouvée dans votre domaine ou votre discipline.

Quels sont les logiciels qui permettent l’utilisation et l’analyse de données mixtes ?

Nous n’entrerons pas en détail de tous les logiciels existants, mais citons de manière alphabétique trois logiciels qui ressortent clairement lorsqu’on parle de logiciels d’aide au traitement des données mixtes.

logiciel dedoose

Dedoose

logiciel maxqda

MAXQDA

logiciel nvivo

NVivo


Sachez tout d’abord qu’aucun de ces logiciels ne réalisera l’étude mixte à votre place.

En effet, ces logiciels sont à la base ce que l’on appelle des logiciels d’analyse qualitative des données assistée par ordinateur (CAQDAS en anglais). Plus précisément, ces logiciels ne sont que des outils qui aident à la recherche qualitative, dans l’analyse de transcription, le codage et l’interprétation de texte, l’abstraction récursive, l’analyse de contenu, l’analyse du discours,… et dont on a intégré des fonctions d’analyses quantitatives et mixtes.

De toute évidence, Nvivo est le plus populaire, mais les deux autres logiciels ne sont pas en reste et représentent de sérieux concurrents.

N’hésitez pas à essayer ces logiciels qui bénéficient d’un essai gratuit pendant un certain temps. Si vous souhaitez par la suite obtenir une licence d’utilisation, sachez qu’il existe des versions accessibles destinées aux étudiants ; il vous faudra prouver votre statut d’étudiant avec votre carte d’étudiant pour pouvoir en bénéficier.

En outre, il est possible que votre université bénéficie de licences institutionnelles pour utiliser ces logiciels sur les ordinateurs des salles informatiques ; renseignez-vous avant d’acheter un tel logiciel.


conclusion sur les méthodes mixtes

Conclusion sur l’utilisation des méthodes mixtes

Nous avons pu découvrir plusieurs modèles (design) de méthodes mixtes pouvant être utilisés dans la recherche. Si ces modèles mixtes apportent indéniablement à la recherche, ils ne doivent pas être utilisés lorsqu’ils ne correspondent pas aux méthodes adéquates permettant de répondre à une problématique posée.

L’utilisation des méthodes mixtes nécessite une double compétence, à la fois dans l’approche quantitative et dans la démarche qualitative, ce qui complexifie l’utilisation de ces méthodes.

En outre, la présentation et la publication des résultats peuvent nécessiter de la créativité et de prendre le temps pour bien illustrer la contribution des devis mixtes.

Comme tous les types de devis de recherche, les méthodes de recherche mixtes doivent répondre à de hauts standards de qualité scientifique.

bibliographie sur les méthodes mixtes en recherche

Références et bibliographie sur les méthodes mixtes en recherche

Corbière, M., & Larivière, N. (Éd.). (2014). Méthodes qualitatives, quantitatives et mixtes : Dans la recherche en sciences humaines, sociales et de la santé. Presses de l’Université du Québec.

Creswell, J. W. (2003). Research design: Qualitative, quantitative, and mixed methods approaches (2nd ed.). Thousand Oaks, CA: Sage.

Creswell, J. W. (2015). A concise introduction to mixed methods research. SAGE.

Creswell, J.W. and Plano Clark, V.L. (2011). Designing and Conducting Mixed Methods Research. 2nd Edition, Sage Publications, Los Angeles.

Johnson, R. B., & Onwuegbuzie, A. J. (2004). Mixed Methods Research : A Research Paradigm Whose Time Has Come. Educational Researcher, 33(7), 14‑26. https://doi.org/10.3102/0013189X033007014

Sarwono, J. (2018). Méthode Mixte: Comment Utiliser en Recherche. Auto-édité, disponible sur Amazon en français et en anglais.

Schweizer, A., Carral, M. del R., & Santiago Delefosse, M. (Éd.). (2020). Les méthodes mixtes en psychologie : Analyses qualitatives et quantitatives : de la théorie à la pratique. Dunod.


Sites Web et ressources en ligne :

Bruno Falissard (Médecin, psychiatre, polytechnicien) – Méthodes mixtes : pourquoi est-ce si difficile de mêler approches qualitatives et quantitatives ? (Vidéo sur Youtube)

Florence SORDES (MCF-HDR en psychologie de la santé) : avis sur l’utilisation des méthodes mixtes (Vidéo sur Youtube)

John Creswell : Présentation des méthodes mixtes en anglais (Vidéo sur Youtube)

Mixed Methods International Research Association (MMIRA)

Méthodes Mixtes Francophonie (MMF)

——————————————————————————————————————–

 Je vous invite à vous abonner à ma newsletter et à recevoir gratuitement le bonus : “Les 6 clés essentielles pour réussir brillamment votre mémoire de recherche ou votre thèse” (formulaire ci-dessous).

Enfin, n’hésitez pas à partager et à liker cet article si vous l’avez trouvé intéressant et/ou si vous pensez qu’il peut être utile à d’autres personnes.

Je vous dis à très bientôt,

Christophe COUSI



************************************************************************
ATTENTION
Tous les conseils et indications que je donne sur ce blog sont valables pour un mémoire (ou pour une thèse), mais il faut vous référer principalement aux consignes spécifiques qui vous ont été données par vos enseignants.
************************************************************************

  •  

One thought on “Comment utiliser les méthodes mixtes en recherche ?

  1. Et vous, utilisez-vous déjà les méthodes mixtes dans vos recherches ou bien comptez-vous le faire ? Laissez un commentaire ci-dessous !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.