Pourquoi et comment écrire un projet de recherche ?

projet de recherche

L’expérience montre que l’idée même d’avoir à rédiger un projet de recherche inhibe bon nombre d’étudiants et de jeunes chercheurs. C’est pourtant une étape essentielle dans le processus de finalisation d’un cursus universitaire à laquelle l’on ne peut déroger.

Nous verrons, dans un premier temps, les raisons pour lesquelles les facultés imposent de rédiger un projet de recherche (le pourquoi). Puis, dans un second temps, nous aborderons tout au long de plusieurs sous-sections, la manière dont il convient de s’y prendre pour rédiger un tel projet (le comment). Cliquez ici pour vous rendre directement à cette seconde partie.

 Pourquoi rédiger un projet de recherche ?

“Un voyage de mille lieues commence avec le premier pas.”

Cette citation de Lao Tseu (sage chinois, considéré comme le père fondateur du taoïsme) pourrait très bien servir de réponse complète et suffisante.

En effet, rédiger un projet de recherche permet de faire un premier pas dans la démarche de recherche qui nous est propre, et de lancer celle-ci.

Mais en toute logique, la rédaction d’un projet devrait s’inscrire chronologiquement après l’élaboration du protocole de recherche. Et de ce fait, prendre naissance à un stade déjà avancé de ladite démarche.

Toutefois, la réalité est autre puisque de nombreux étudiants et jeunes chercheurs élaborent un projet de recherche après avoir trouvé leur sujet de recherche, réalisé une mini-revue de littérature et identifié un semblant de problématique. En ajoutant que ce n’est que par la suite qu’ils tenteront de combler les parties manquantes, notamment au niveau méthodologique.

 

Partant de ce constat, nous pouvons nous interroger sur les raisons pour lesquelles les étudiants doivent rédiger un projet de recherche.

La première réponse qui vient à l’esprit est « parce qu’on me l’a demandé ». En effet, les étudiants rédigent un projet de recherche pour satisfaire aux exigences académiques et répondre à la demande des enseignants.

Dans ce cas, l’enseignant qui vous supervise attendra que vous lui exposiez votre sujet de recherche, accompagné des premières références bibliographiques et théoriques. C’est pour lui le moyen de voir si la recherche que vous envisagez de mener « tient la route » et « en vaut la peine ».

On peut donc voir cette première étape comme un service qui vous est rendu, au sens où cette première évaluation de votre recherche vous évitera bien des déboires qui pourraient survenir par la suite, en rectifiant  le tir dès le début.

En effet, imaginez ce que cela représenterait si votre enseignant vous annonçait, au milieu ou à la fin de l’année universitaire, que vous faites fausse route et que votre recherche ne tient pas la route.

En cela, écrire son projet de recherche permet, lors d’une première phase, de poser vos pensées et vos idées de manière écrite. Il s’agit d’apporter une certaine clarté touchant le raisonnement que vous allez suivre et de mettre en place une logique de recherche. C’est un processus indispensable pour bien poser les bases de votre travail à venir.

Au-delà, il existe plusieurs raisons justifiant du caractère utile et nécessaire de l’élaboration d’un projet de recherche :

  • répondre aux exigences de vos professeurs et mettre en place une démarche préparatoire à l’élaboration de votre mémoire de recherche (généralement au cours du premier semestre) ;
  • postuler à une inscription en Master I ou Master II ;
  • postuler à une inscription en thèse de doctorat ;
  • demander un financement pour une recherche ;
  • etc.

Par ailleurs, il est fondamental de respecter les consignes qui vous seront données pour la présentation de votre projet de recherche, notamment la date limite d’envoi, et ce, sous peine de voir votre projet refusé.

De même, il importe de choisir judicieusement votre directeur de recherche (lorsqu’il vous est permis de le faire).

En effet, votre directeur vous aidera, vous soutiendra et lors de la soutenance, il sera, en quelque sorte, votre avocat face aux autres membres du jury.

De ce fait, il est très important de choisir un enseignant dont les travaux portent sur des thématiques proches des vôtres, et avec lequel vous vous sentez en accord.

Toutefois, le caractère agréable d’un enseignant ne fait pas tout : il importe également de choisir un professeur qui pourra vous aider de par son expertise et qui sera en mesure de consacrer un certain temps et une certaine attention à vos travaux mais aussi à vos questionnements.


De ce fait, n’hésitez pas à parler avec différents enseignants avant de leur soumettre votre projet. Et par la suite, à impliquer votre directeur de recherche dans la rédaction de votre projet de recherche, notamment si ce dernier doit être remis à des organismes extérieurs, et notamment financeurs.

Comment rédiger un projet de recherche ?

Habituellement, votre directeur de mémoire ou de thèse vous indiquera la structure attendue, et les différentes parties devant constituer votre projet de recherche. En effet, il devrait vous remettre un document contenant la structure exacte de ce qu’il attend comme projet de de recherche. Il vous indiquera également le nombre approximatif de pages que vous devrez rédiger (lequel va généralement de 2-3 pages à 20-30 pages). Si vous n’avez aucune indication de la part de votre directeur de recherche, je vous invite à lire dernière partie de cet article en cliquant ici. Je vais présenter maintenant les différentes rubriques rencontrées habituellement pour rédiger un projet de recherche.

 

1/ Titre et sous-titre du projet de recherche

En général, il vous est demandé de présenter en premier lieu le titre et éventuellement le sous-titre s’il y en a un : il convient d’indiquer le titre le plus précis possible, bien que celui-ci soit provisoire. Il faut donc indiquer le sujet, le lieu et le cadre temporel du problème choisi.

 

 

2/ Problématique de la recherche

Celle-ci prend généralement place à la fin de la revue de la littérature dans l’écrit final, mais dans un projet de recherche, elle est est très souvent placée en tête de document, de manière à ce que le lecteur (notamment votre directeur de recherche) puisse voir d’emblée ce que vous souhaitez étudier, et finalement, si votre (projet de) recherche tient la route.

Il va s’agir de décrire les enjeux de la recherche, l’importance théorique et la pertinence du problème soulevé. Il est important de noter qu’un tel projet doit pouvoir indiquer l’origine de l’idée (une lecture, une expérience professionnelle ou de stage, un engagement associatif…) et le sujet de la recherche envisagée. Sur ce point, je vous invite à consulter mon précédent article à ce sujet.

Par la suite, la problématique devra détailler l’objet, le ou les contextes et les enjeux de la recherche. Il convient de donner une définition la plus précise possible de l’objet étudié, puis de replacer ce dernier dans son contexte pratique et/ou théorique. Quel est l’intérêt de mener une telle recherche ? C’est ce fameux Knowledge gap.

Le « knowledge gap » désigne ce trou dans le savoir et dans les connaissances (métaphore du trou dans le mur), que l’on a identifié dans la littérature et/ou sur le terrain, et qu’il serait intéressant de combler. Ce qui, au final, permettrait d’apporter une certaine contribution à la communauté scientifique. Il peut être pertinent d’indiquer clairement :

Ma contribution originale à la connaissance sera (de) …

Nous aurons l’occasion de revenir sur ce point crucial dans un prochain article.

La suite consiste à présenter une ou plusieurs hypothèses générales (hypothèses théoriques) en faisant référence à vos lectures et/ou à votre expérience (si votre étude est quantitative) ou à des questions de recherche (si votre étude est qualitative).

 

3/ Revue de la littérature

Suite à la présentation de la problématique, vous devriez la replacer dans le contexte de que l’on sait déjà, à savoir une revue de la littérature. Dans la continuité de la problématique, il est conseillé d’avoir une lecture critique de la littérature et de ne pas énumérer les études à la manière d’un catalogue.

 

 

4/ Méthode

Il va s’agir maintenant de présenter la méthode. Dans cette partie intitulée “Méthode”, l’étudiant doit décrire comment il va opérationnaliser sa recherche : quelle population sera interrogée et comment les personnes interviewées seront sélectionnées ; quels outils et échelles de mesures seront utilisés et quel sera le protocole de recherche.

Il ne faudra pas omettre les aspects éthiques et déontologiques de la recherche qui sont très importants comme par exemple l’information délivrée aux participants, l’obtention du consentement éclairé, les conflits d’intérêts, etc. Il faut savoir que de plus en plus de projets de recherche doivent être soumis à des comités d’éthique, comme par exemple le CERNI, instance qui est en mesure de donner un avis sur un protocole de recherche. Nous aurons l’occasion d’y revenir dans un prochain article.

 

5/ Analyse de données prévisionnelle

Par la suite, il est intéressant d’indiquer le type d’analyse de données prévisionnel que l’on envisage d’effectuer pour analyser ses résultats.

Par la notion de « traitement » ou d’analyse de données que l’on envisage d’effectuer afin d’analyser ses résultats, il faut faire référence, pour les études quantitatives, aux traitements statistiques. Plus précisément, il est question de définir quels tests statistiques seront effectués pour répondre aux hypothèses (ex. ANOVA, analyse de régression linéaire, etc.).

En ce qui concerne l’analyse de données qualitatives, il s’agira d’indiquer si l’analyse relèvera d’une analyse de contenu, d’une analyse interprétative phénoménologique (IPA), d’une analyse fondée sur la théorie ancrée au moyen de la méthode par comparaison constante, ou d’une autre méthode.

 

6/ Résultats attendus & Conclusions attendues

Si vous avez pu décrire votre méthode et opérationnaliser votre recherche, vous pouvez à présent poser vos hypothèses opérationnelles. Enfin, et si cela est possible, il serait bien d’y faire figurer les résultats attendus de la recherche, les conclusions attendues, bref ce à quoi on s’attend à trouver à la fin de la recherche, si les hypothèses sont confirmées.

 

 

calendrier prévisionnel

7/ Calendrier de la recherche

Une autre section peut présenter le calendrier prévisionnel de la recherche et permettre d’inscrire votre étude dans une durée plus ou moins déterminée, ce qui vous engagera à avancer petit à petit jusqu’au bout.

Pour ce faire, vous devez reprendre les différentes étapes de la réalisation de la recherche et évaluer le temps nécessaire pour chacune d’entre elles.

Vous devez également connaître, même approximativement, la date à laquelle vous devez rendre votre écrit. Idéalement, il faudrait réaliser un diagramme de Gantt pour bien formaliser chaque étape à telle période. Je vous conseille de vous laisser une petite marge de temps sur chaque tâche, ce que j’appelle un « slack organisationnel » sur lequel vous pourrez déborder légèrement, sans que cela ne déplace vos tâches programmées. Sachez qu’une recherche scientifique doit se programmer sur la démarche d’une gestion de projet.

 

 

financer son projet

Optionnel : financement de la recherche

Il peut être opportun d’indiquer si l’on dispose d’un financement pour la recherche (bourses doctorales, CIFRE, financement personnel par activité professionnelle, etc.) et l’allocation de ces financements à telle ou telle partie de sa recherche.

Il est également possible de budgétiser sa recherche afin de montrer que l’on sera capable d’aller au bout et dans le temps imparti (coût, matériel nécessaire, frais de déplacement, etc.)

 

 

références bibliographiques

8/ Références bibliographiques

Un projet de recherche se termine habituellement par les références bibliographiques qui ont été citées dans le corps du texte.

Pour un projet de recherche initial, Il s’agit d’une mini-revue de la littérature portant sur l’état de la littérature, décrivant les études scientifiques et les courants théoriques tournant autour de la question de départ.

Cette mini-revue de la littérature doit bien évidemment respecter les normes de votre discipline (APA en psychologie, Vancouver en médecine, etc.) En outre, un certain nombre de références doivent être récentes, c’est-à-dire dater de moins de 4-5 ans.

Pour un projet de recherche “final”, il s’agira de présenter sa revue de la littérature quasiment de manière exhaustive, même s’il sera toujours possible d’y revenir par la suite et de la compléter.

 

annexes projet de recherche

9/ Annexes

Dans certains cas, des annexes (facultatives) peuvent être utiles pour insérer au projet de recherche, tout document supplémentaire que vous jugeriez utile, mais qui n’aurait pas sa place dans les rubriques classiques du projet de recherche.

 

NOTE IMPORTANTE : dans le cadre d’un mémoire de recherche, il faut bien faire la distinction entre le projet de recherche qui est demandé en tout début d’année universitaire (septembre-octobre) et le projet de recherche demandé au retour des vacances de Noël, généralement en janvier, lorsque votre recherche sera plus aboutie avec quasiment la première partie de votre mémoire bouclée.

Dans le premier cas, il s’agit de proposer un document évoquant son sujet de mémoire, une question de départ avec (selon les cas) une mini-revue de la littérature et une ébauche de problématique si elle a pu déjà être extraite. De plus, doivent figurer les éléments méthodologiques prévisionnels (population, méthodes, protocole), avec le traitement de données envisagé.

Dans le second cas, il s’agira de produire la première partie de son mémoire avec une revue complète de la littérature, la présentation de sa problématique, des hypothèses et/ou des questions de recherche ainsi que la partie Méthode (population, matériel et outils, protocole), comme nous avons pu le voir ci-dessus à travers les différentes rubriques.

 

Récapitulatif des grandes parties d’un projet de recherche :

    1. Titre et sous-titre du projet de recherche
    2. Problématique de la recherche
    3. Revue de la littérature (contexte théorique)
    4. Méthode (population, outils, protocole de recherche)
    5. Analyse de données prévisionnelle
    6. Résultats attendus / Conclusions attendues
    7. Calendrier de la recherche
    8. Références bibliographiques
    9. Annexes (facultatives)

En conclusion de cette partie, sachez qu’un projet de recherche reste provisoire, susceptible d’être modifié par la suite. Chaque année, des étudiants présentent un mémoire qui n’est pas fondé sur un projet de recherche préalable, du fait que celui-ci ait changé en cours de route, souvent à l’initiative de leur directeur de mémoire.

En dernier lieu, la recherche se situe dans un processus itératif devant permettre de revenir sur des points antérieurs qui ne sont pas immuables – notamment la revue de la littérature et la problématique qui pourront évoluer. Toutefois, dans le milieu académique, le projet de recherche constitue un contrat moral entre l’étudiant et son directeur de recherche. Raison pour laquelle, il est important d’y accorder une grande attention.

IMPORTANT – MISE EN GARDE

Tous les conseils et les indications que je donne sur ce blog sont valables pour un mémoire (ou pour une thèse) mais il faut vous référer principalement aux consignes spécifiques qui vous ont été données par vos directeurs de mémoire ou de thèse.

En effet, vos directeurs ont des attentes spécifiques (sur le fond et sur la forme) et je ne pourrais en aucun cas être tenu pour responsable si dans vos écrits vous ne respectiez pas les attentes spécifiques de vos enseignants. Merci de cette précaution.

 

Comment rédiger un projet de recherche en l’absence de consignes ?

Il arrive parfois qu’aucune consigne précise -ou peu ne soit donnée, obligeant ainsi l’étudiant(e) à faire preuve d’inventivité et à décider du contenu de son projet de recherche.

Me concernant, lorsqu’on m’a demandé de rédiger mon projet de thèse, je n’ai eu pour seule consigne que la mention : « Le projet de thèse est à rédiger sur 3 pages. »

Aucune autre indication ne m’a été donnée, aucun plan sur lequel m’appuyer. Je me suis questionné pour savoir comment j’allais construire mon projet sur un si faible nombre de pages, sachant qu’il me faudrait exposer précisément le but, les enjeux, les limites de mon étude à venir, en étant extrêmement synthétique.

J’ai fait le choix de préciser en premier « l’objectif global de la thèse » en indiquant clairement ce que j’allais étudier.

De là, j’ai rédigé une partie intitulée « Contexte et synthèse de la littérature problématisée », dans laquelle j’ai inséré une revue de la littérature assez synthétique, mais déjà problématisée.

Enfin, j’ai terminé le document en décrivant mes objectifs de publication avec une description de mes articles scientifiques prévisionnels, puisque je réalise une thèse par articles.

Précisons que dans le cadre d’une thèse classique, ce ne sont généralement pas les articles prévisionnels qui sont mentionnés. À la place, l’étudiant doit présenter les éléments méthodologiques liés à sa recherche (population, protocole de recherche, etc.) ainsi que les traitements de données envisagés, comme il a été montré précédemment.

Toujours au niveau de mon propre projet, en plus des trois pages, j’ai pu insérer les références bibliographiques citées dans le texte principal, en respectant les normes typographiques de ma discipline, à savoir les normes APA en psychologie.

 

En ce qui concerne la mise en forme du projet de recherche (police de caractère, interlignage, etc.), les consignes sont généralement données par vos enseignants. Toutefois, si celles-ci ne l’étaient pas, une police de caractère de type Times New Roman en taille 12 et un interlignage de 1,5 pourra très bien convenir.

N’hésitez pas à placer en première de couverture, le titre de votre projet de recherche, donnant immédiatement une idée du contenu.

Vous pouvez également insérer un résumé de votre projet en une dizaine, voire une quinzaine de lignes que vous placerez en quatrième de couverture.

 

Donc si n’avez pas de consignes claires et si vous n’êtes pas limité par le nombre de pages, vous pouvez vous appuyer sur la structure d’un projet de recherche présentée plus haut, qui est maintenant standardisée et que l’on retrouve de plus en plus dans les projets de recherche.

Mais en principe, votre directeur de mémoire (ou de thèse) doit vous donner les indications nécessaires pour rédiger votre projet de recherche, le nombre de pages et les différentes parties attendues, sachant que celles-ci peuvent varier d’un enseignant à l’autre.


Je vous invite à vous abonner à ma newsletter et à recevoir gratuitement le bonus : “Les 6 clés essentielles pour réussir brillamment votre mémoire de recherche ou votre thèse” (formulaire ci-dessous).

Merci de bien vouloir laisser un commentaire ci-dessous. Enfin, n’hésitez pas à partager et à liker cet article si vous l’avez trouvé intéressant et/ou si vous pensez qu’il peut être utile à d’autres personnes.

Je vous dis à très bientôt,

Christophe COUSI

 

 

 

 

 

 

  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.