Faire des choix, c’est renoncer.

Philippe GABILLET (Professeur à l’ESCP Europe)

Avez-vous constaté qu’en menant votre recherche, vous deviez faire constamment des choix, tout en renonçant à d’autres et ce quasiment à toutes les étapes ?

Dans cet article, j’aborderai les choix importants que vous devez faire durant toute votre recherche tout en essayant de vous éclairer afin que vous fassiez les meilleurs choix possibles pour maximiser la cohérence et la qualité de votre recherche finale.

Je voudrais tout d’abord vous rassurer : dans le cadre d’un mémoire, d’une thèse ou d’une communication scientifique, même si les choix nécessaires sont « engageants » et « importants », ils ne remettent pas en cause ni ne prédisent la personne que nous sommes ou que nous serons. En ce sens qu’ils ne valent que pour l’exercice académique rédigé à un instant T.

sujet de recherche

Choix d’un sujet de recherche

Je constate cependant que beaucoup d’étudiants ont des difficultés à appréhender le processus d’une recherche, et ce dès le début de leur étude.

En effet, par méconnaissance, un grand nombre d’entre-eux viennent demander d’emblée qu’on leur donne un sujet de recherche en évoquant seulement leur discipline ou filière d’étude :

S’il vous plait, j’ai besoin d’un sujet sur la …

De nombreux étudiants

Cela montre à quel point les apprentis-chercheurs peuvent être naïfs sur l’origine et la génération d’un sujet de recherche qui est la première pierre angulaire d’une recherche. Je montre dans cet article comme choisir un bon sujet de recherche.

Les enseignants connaissent la difficulté pour un apprenti-chercheur de trouver un sujet. Raison pour laquelle un certain nombre d’entre-eux font le choix de proposer des thématiques dans lesquelles les étudiants doivent s’insérer et faire le choix de l’une d’entre elles pour engager leur recherche.

Cependant, il est évident que ces propositions censées aider les étudiants bénéficient aux enseignants du fait que leurs étudiants vont travailler directement sur leurs thématiques de recherche et donc venir enrichir les travaux actuels ou à venir des enseignants-chercheurs, notamment pour des publications scientifiques pour les recherches les plus abouties.

choix des sources documentaires

Choix des sources documentaires et choix d’un logiciel de gestion de références bibliographiques

Vous devrez trouver et faire le choix de sources documentaires pour votre revue de la littérature.

Quelles bases de données allez-vous interroger ? Des bases de données générales comme Google Scholar, Scopus (accès sur abonnement), Web of Science (accès sur abonnement) ou des moteurs plus spécifiques à votre discipline, par exemple PsycInfo en psychologie ? Les deux si possible, suivant les bases et moteurs auxquels vous aurez accès au sein de votre établissement (suivant l’abonnement souscrit) et aussi déporté depuis votre environnement numérique de travail (ENT).

Des articles scientifiques ou des ouvrages ? Bien sûr vous devrez faire un choix suivant votre discipline, mais vous devrez privilégier les articles scientifiques et si possible récents (pour un certain nombre pas tous), qui datent de moins de 4 ou 5 ans.

En outre, vous devrez aussi faire le choix d’un logiciel de référencement et de citations bibliographiques, tels que Zotero, Mendeley, Endnote ou autres. En effet, et certains m’ont posé la question, il n’est plus possible aujourd’hui de se passer d’un tel outil et de gérer ses références « à la main » comme on le faisait auparavant ; il y a trop de risques d’erreurs et ce serait une perte de temps et de productivité que de ne pas les utiliser. Je vous conseille Zotero car c’est le seul logiciel libre et indépendant de tout éditeur.

Vous devrez enfin trouver des sources d’information fiables pour soutenir les arguments et les conclusions de la recherche, en vous appuyant bien sûr sur votre revue de la littérature existante.

Choix d’une problématique de recherche

Il en est de même pour la problématique d’une recherche où naïvement, certains étudiants vont demander :

S’il vous plait, donnez-moi la problématique relative à mon sujet qui est « XXX »

Malheureusement – ou plutôt heureusement, cela est impossible. Ce serait trop facile si l’on pouvait extraire une problématique d’un sujet de recherche simplement par intuition ou par déduction.

En effet, dans le cadre de l’élaboration d’une problématique, il ne s’agit pas d’un pur choix ou d’un conseil mais d’une élaboration, d’une construction de la problématique et de son évaluation au regard de la littérature existante, de son originalité et de sa pertinence au niveau scientifique et sociétal. Pour en savoir plus, je vous invite à lire mon article consacré à ce sujet.

En outre, dans le cadre d’une problématique non issue de la littérature mais venant du « terrain » (quel qu’il soit) et basée sur la résolution d’un problème, seule la personne concernée -et immergée ou pas dans l’organisation en question peut argumenter ce type de problématique et personne ne peut le faire à sa place.

C’est en cela que j’indique qu’il existe deux types de problématiques :

  1. Trouver un knowledge gap (issu de la littérature existante)
  2. Résoudre un problème (organisationnel et situationnel)

Cependant, vous pourriez ne pas avoir le choix du type de problématique. En effet, lors d’un Master 1, il vous est généralement demandé de rédiger un mémoire orienté vers le quantitatif, et d’utiliser les statistiques pour analyser des données. Dans ce cas, votre problématique sera du premier type, issue d’un knowledge gap.

En outre, en Master 2, il vous est souvent demandé de réaliser une étude plus qualitative et dans ce cas vous vous trouverez devant le deuxième type de problématique, à savoir « résoudre un problème ». Bien évidemment, si vous avez vraiment le choix, vous devrez décider de l’étude que vous souhaitez mener, peut-être aussi en fonction de vos compétences en méthodes quantitatives ou qualitatives, voire mixtes si vous utilisiez les deux méthodes.

Mais cela nous mène vers la Méthode et vous l’avez bien compris, celle-ci n’est pas exempte de questions épistémologiques et ontologiques, bref des croyances que vous pouvez avoir au sujet de la nature des connaissances et de la réalité, notamment en fonction de votre formation et des cours dispensés depuis votre année de L1. Je vous propose de lire mon article à ce sujet sur l’épistémologie et l’ontologie dans la recherche.

choix de la méthode

Choix de la méthode de votre recherche

En ce qui concerne la Méthode d’une recherche, il s’agit de choisir une ou des méthodes. Devez-vous utiliser une seule méthode ou bien choisir plusieurs méthodes complémentaires afin de « trianguler » comme on dit dans le monde de la recherche.

On parle en effet de triangulation dans le sens où le but est de saisir l’objet de recherche sous différents angles en multipliant les méthodes pour apporter plus de validité aux résultats de l’étude.

Mais, trop souvent, les étudiants -et même les doctorants ont déjà une idée de la méthode qu’ils vont mettre en œuvre avant d’avoir élaboré une question de recherche finale et élaboré leur problématique de recherche. C’est une grave erreur, car je le dis et je le répète toujours à mes étudiants :

C’est la question de recherche issue de la problématique qui va déterminer -et orienter vers la ou les méthode(s) à mettre en œuvre et jamais le contraire.

Christophe COUSI

Lorsque vous faites le choix d’une ou plusieurs méthodes, il est primordial de justifier pourquoi vous avez opté pour cette -ou ces méthodes et pas telle(s) autre(s). En cela, vous devrez argumenter au regard de la littérature existante.

Par exemple, pour justifier du choix d’une échelle de mesure pour évaluer un concept, vous devrez justifier ses qualités métriques (validité, fidélité…) et son usage auprès d’une même population visée (ou proche). Si vous modifiez même légèrement un outil, par exemple une échelle, vous devrez également justifier de modifications apportées s’il s’agit d’outils déjà validés, même si je vous déconseille cette pratique car cela affecte les qualités métriques, et cela pourrait vous être reproché lors de la soutenance.

En outre, vous pourriez vous interroger avant sur l’opportunité de créer vous-même votre questionnaire ou bien d’utiliser un questionnaire déjà existant ayant fait ses preuves, avec de bonnes qualités métriques.

Là encore il s’agit de faire un choix : je vous conseille très fortement d’utiliser des questionnaires et des échelles ayant déjà fait leurs preuves dans d’autres études et qui possèdent déjà des qualités métriques acceptables. En effet, si le questionnaire que vous avez créé était utilisé au sein d’un protocole composé d’autres questionnaires déjà validés, cela affecterait malheureusement votre étude au niveau de la fidélité et de la validité.

En outre, dans la Méthode et avant de faire le choix des outils (questionnaires…), vous devrez faire le choix de votre population d’étude et le nombre de personnes que vous allez interroger. Sachez que certaines populations sont difficiles d’accès et il faut souvent des autorisations d’accès et soumettre votre protocole de recherche auprès d’un comité d’éthique.

Vous devrez faire le choix d’un échantillon théorique si vous souhaitez mener une étude qualitative. Dans ce cas, votre échantillon sera réduit et ne sera pas représentatif -et donc généralisable, mais servira l’objet de votre étude qui sera généralement exploratoire et descriptive dans un lieu et un contexte précis.

Cependant, si votre étude est quantitative, vous aurez probablement besoin de beaucoup plus de sujets d’étude car il vous faudra ce que l’on appelle de la « puissance statistique » pour mener ensuite vos analyses statistiques. Dans ce cas et pour faire le choix, je vous invite à vous aider d’un calculateur de puissance statistique pour calculer la taille minimale de votre échantillon et réduire le risque d’erreur.

choix pour l'analyse de données

Choix de l’analyse de données

Lorsque vous aurez mené votre protocole de recherche, vous devrez analyser vos résultats.

Là aussi, vous devrez faire le choix d’un logiciel d’analyse de données (qu’il soit statistique, qualitatif ou mixte). Je vous recommande d’anticiper ce choix et de ne pas attendre d’avoir terminé votre recueil de données et ne pas savoir quoi en faire et comment les traiter.

Pour ce faire, vous devez faire ce choix et vous former préalablement aux fonctions et à la manipulation du logiciel pour apprendre à analyser vos données. Vous devrez aussi justifier du choix du logiciel et des procédures successives que vous avez mis en œuvre, de manière à ce que d’autres chercheurs puissent reproduire l’étude.

Autres choix et changement pour votre recherche

J’ai évoqué plus haut les choix qui me paraissent cruciaux pour votre recherche, mais vous aurez probablement d’autres choix à effectuer, plus ou moins importants et engageants.

Je pense notamment aux choix finaux de la relecture/correction, de la reliure (plastique ou métallique) après l’impression des exemplaires d’un mémoire ou d’une thèse ; mais également le choix de publier ou pas en open access (modèle auteur-payeur) ou dans une revue par abonnement (sans frais pour l’auteur) dans le cadre d’une publication d’un article scientifique (même si ce choix doit se faire selon moi avant de rédiger l’article).

Mais avant ces choix finaux, il faut savoir qu’en principe, les choix ne sont jamais définitifs et que l’on peut souvent changer d’optique au cours d’une recherche, en fonction des impératifs. N’hésitez pas à demander à vos encadrants leur avis même si le choix final vous appartient.

Bref, sans avoir été exhaustif, vous l’avez compris, mener une recherche même en tant qu’apprenti-chercheur, c’est constamment faire des choix et justifier pourquoi vous avez fait tel choix et pas tel autre. Du moment où vous justifiez vos choix, que vous les appuyez au regard de la littérature existante, en citant des études justifiant votre positionnement théorique et méthodologique, vous réussirez à n’en pas douter à convaincre vos évaluateurs de la justesse et de la pertinence de ceux-ci.

Dans cet article, j’ai cité Philippe GABILLET dont je vous recommande la vidéo sur l’art de faire les bons choix. Je suis certain que vous ferez les meilleurs choix possibles pour votre recherche tout en anticipant si possible votre projet professionnel qui devrait être idéalement lié. Je vous souhaite une très bonne continuation et je vous invite à partager et à laisser un commentaire ci-dessous.

Christophe COUSI

6 Comments

  1. Très bon article, avec un contenu très exhaustif pour la compréhension et la réussite du projet de recherche.

    • Christophe Cousi Reply

      Merci d’avoir pris le temps de laisser un commentaire, c’est très appréciable. Je précise juste que ce que j’indique relève du projet de recherche mais aussi et surtout de la recherche qui s’en suit de manière opérationnelle suivie de la rédaction de l’écrit universitaire final.

      • Fabilou hassirou Reply

        Un article très lucide, compréhensible sur la rédaction d’un projet de recherche. Toute ma gratitude à vous cher prof

        • Christophe Cousi Reply

          Merci Fabilou pour votre commentaire. gratitude à vous 😉

  2. Très intéressant cet article, qui permet de capitaliser certains points concernant le projet de recherche.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.